Instants Musicaux Clément Ratelle vivant à BALI

Publié le par Al Maury

                 Après  chanson , un tableau, et vos mots inspirés
                                        "A vos plumes"
                                     Vous serez publiés !
 


   undefinedundefinedundefined
                                                        legong3.jpg-danseuse-Balinaise.jpg





                                                      Texte  Clément Ratelle Troubadour

                   

                                                                         

                            Hors-la-loi d'être sage

                                                       Ta peau

                                  Est la surface de l'eau

                                     Entre ton monde et le mien

                                          Tes lèvres

                               Des accrocheurs de rêves

                                            Tes yeux

                              Des feux venus des temps anciens

                                 Des nymphes et des magiciens

 

                                           Tes ombres

                                    Au théâtre d'ombres

                                 Dansent pour moi la nuit

                                          Tes gestes

                                  Au langage de l'est

                                 L'encens de ton corps

                                Qui brûle encore encore

                               Comme l'eau qui tombe après la pluie

 

Refrain

                    Hors-la-loi de l'amour

                      Du regard de tous les autres

                  Hors-la-loi des atours

                  Hors-la-loi des images

                       De ce que pensent les autres

                 Hors-la-loi d'être sage

 

                                Toutes ces rivières de joie

                                Tous ces étangs de l'amour

                                Tous ces instants sans un pourquoi

                               Je te les dois à toi

                                Au ruisseau de tes doigts

                                A ton coeur et à son tambour
                                                                               Clément Ratelle


*****************************************************************************************
              huile                        BON BAISERS DU JE-SUIS                         sur toile
              undefined

                                  " Chez Syl.  il y a comme une prière "

                                                  
Pourquoi as-tu choisi
                                            D'être source de ma vie?
                                                   Vois toi qui souris
                                             Combien je suis démunie
                                                Devant la dimension
                                                    De ta passion.
                                              Tu m'imprègnes de toi
                                                Tu m'inondes ma foi
                                                  De tout ton émoi.
                                                    Puises ma vie
                                                   Bois sans soucis,
                                                       Toi je suis.                               ARTVASY



                                                  undefined
                                                  *****************

                                          " Chez Orphéa , Ulysse n'était pas loin "


                                               Triste Sirène échouée sur la grève
                                                         Comme les volatiles  
                                                        Elle s’allonge et rève
                                               Triste de n’avoir su prendre le fil
                                                     A la patte du beau marin
                                           Marin d’opérette dans la lumière crue
                                                         D’un jour invaincu.
                                                        Homère tout déçu
                                                    De cette drole d’issue
                                                     Ou une sirène attend
                                                    Prisonnière de la marée…
                                                        Cheveux aux vents.                                   Orphéa

                                           
                                            
                                                 undefined
                                                  ********************************
                                                  

                                                        
Je sais un petit port
                                     au pied de la falaise,
                                     des îles ciselées
                                   au milieu des eaux bleues.
                                  Je sais des barques fières
                                     qui affrontent les flots
                                   et des oiseaux d'écume
                                   sillonnés de vents doux.
                                     Je sais une sirène
                                     sur un lit de galets,
                                  ses longs cheveux se mêlent
                                  aux grands feux du couchant.
                                    Elle brode des chemins
                                   aux algues serpentines
                                     et son chant sidéral
                                       égare les étoiles
                                  vers des plaines marines.              Azalaïs


            undefinedundefined
                                          Chez Aaimepaix il y a de la vague

 
                                                         Divaguement

                                                       La diva divague
                                                  Dix vagues précises
                                               Sous le soleil qui se brise
                                                  En rayons angulaires
                                                   Traversée d'aire
                                                    La barque coule
                                                    La vie s'écroule
                                              Sous le pont des soupirs
                                              Souvenirs qui conspirent
                                                      Avec la diva
                                              Qui vaguement, divague.               Aaimepaix


      

Publié dans Instants musicaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
 Bon soir,  AL!  Je suis de retour. Je me suis posée un instant sur la rose bleus...Quelle merveille! Macha V.W.
Répondre
A
Bon retour 'in blue"...
J
je découvre ton blog qui est si clair que cela donne envie de le visiter plus longuementmerci pour ton gentl passageà bientôtjupi
Répondre
A
Tu y seras la bienvenue ....!
M
merci,AL pour tes encouragements,je ne sais plus où j'en suis je vais remplir mon four de femmes ,femmes de terre,de terra cotta de grés...tu as raison jene vais plus voir ailleurs ce qui s'y passe ,tu as forcément un regard différent grâce à tes nombreux voyages enrichissants sur le plan humain comme sur le plan financier!!pourquoi avoir choisi un lieu si loin de tout pour poser tes valises?bon je retourne à mes terres...bonne aprés-midi.marie-r.
Répondre
A
Avec plaisir M-R
P
Beau, très beau, je découvre ton site suite à ta visite.Merci,mon ami, pour la qualité qui anime cet endroit.Pour ne pas te perdre je t'ajoute à mes liens,Amitiés.
Répondre
A
Merci ...à bientôt
M
Bonjour,AL oui il s'agit bien du dessin intitulé le "passage",vous faites bien d'évoquer les blablas des critiques d'art,à ce sujet  j'ai trés mal vécu l'intervention de l'un d'eux lorsque j'exposais avec mon ex-ami e.meneau lors d'une exposition à l'hotel Plamon à sarlat ,il n'a eu d'yeux que pour son travail , à 20ans et quelque ça te casse,à l'époque j'exposais un travail assez conceptuel sur les prisons des photos retravaillées inclues dans des cadres en bois et des barbelés c'etait trés noir...mais seul le travail d'étienne fut remarqué,ce critique d'art a -t-il deviné qu'étienne un jour serait reconnu ? puisqu'aujourd'hui il expose dans un des plus grands musées de Bordeaux...et moi je suis dans l'ombre jusqu'à la fin de mes jours...car aprés ce non regard j'ai céssé tout travail conceptuel...j'ai consacré ma vie à tenter de la gagner!!! et tu sais comment voir blog ...je n'ai pas été assez forte dans ma tête  pour continuer ce travail de recherche n'étant pas du tout encouragé, c'est fragile unartiste surtout à cet âge...j'arrête mes lamentations,bonne journée à toi.marie-r.
Répondre
A
Réponse faite...